750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Flamiche aux poireaux

Flamiche aux poireaux

Dimanche pluvieux... et alors ?!? Dehors, ce n’est peut-être pas si terrible ! Profitons d’une éclaircie pour nous dégourdir les jambes et prendre un bon bol d’air, même s’il fait un peu trop frais et humide… C’est finalement agréable et nous savourerons d’autant plus le retour à la maison après cette petite balade. Et comme le disent les Scandinaves,” il n’y a pas de mauvais temps, il n’y a que des mauvais vêtements ”. 

Flamiche aux poireaux

Pour 6 à 8 personnes

1 pâte brisée "maison"

1 kg de poireaux

30 gr de farine

20 cl de lait

2 oeufs

20 cl de crème de soja

sel fin, poivre, noix de muscade, huile d'olive

Flamiche aux poireaux

Préparation

Eplucher les poireaux en ne conservant que le blanc et la partie vert clair, laver-les, couper-les en rondelles et les faire fondre dans une sauteuse avec de l'huile d'olive. Lorsque les poireaux sont tendres, saupoudrer la fondue avec la farine, mélanger, mouiller avec le lait, saler, poivrer, râper un peu de noix de muscade et laisser mijoter jusqu'à épaississement sans cesser de mélanger. Retirer du feu et laisser tiédir.

Préchauffer le four à 180°C.

Graisser un cercle à tarte de 24 cm de diamètre et abaisser la pâte brisée. Façonner la bordure et piquer le fond avec les dents d'une fourchette.

Dans un cul de poule, battre les oeufs entiers et la crème. Incorporer les poireaux tiédis. Rectifier l'assaisonnement. Verser la préparation sur le fond de tarte en lissant le dessus. Mettre au four pendant 45 minutes. Server brûlant.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

A travers la cuisine, j'aime partager et faire plaisir à ma famille, mes amis. J'aime plus que tout ces moments où l'on se retrouve autour de la table. Autodidacte, j'enrichie ma passion au grès de mes rencontres et biensur de mes essais !
Voir le profil de Gwen sur le portail Overblog

Commenter cet article